comment éviter le burn out

Pour reprendre l’expression de nos jeunes « Je suis au bout de ma vie »…

Une image que j’aime à utiliser également est celle d’un vase ou d’un pot, ou de tout autre contenant, choisissez celui que vous préférez… Votre pot pourra être le plus beau, le mieux verni, le plus adapté au niveau de la matière, si ce que vous devez gérer dépasse la capacité de votre récipient, vous ne pourrez pas gérer…

Si cette page vous a attiré, il est probable que vous soyez déjà ou pas loin du « débordement » alors comment éviter le burn out ?

Rassurez-vous, tout est normal ! « Quand c’est trop, c’est trop »…

Si vous pouviez reprendre le fil de l’histoire, à quel moment diriez-vous que la machine « s’est emballée » ?

Vous pouvez tout à fait prendre un carnet et notez à l’écrit (cela vous prendra du temps mais permettra aussi de vous poser).

Essayez de dater les évènements :

  • Depuis quand suis-je submergé(e) par trop d’informations/d’actions/d’évènements ?
  • Qu’est ce qui dépend uniquement de moi ?
  • Que pouvez-vous déléguer ?
  • A partir de quand vous ne vous êtes plus écouté(e) ?

Si vous deviez réécrire l’histoire pour que votre vase soit suffisant, que changeriez-vous ?

J’aimerais vous interpeller sur le fait que vous n’êtes pas responsable ni fautif/fautive de cet état. Notre société tourne à toute vitesse, beaucoup, beaucoup, trop vite. Nous ne sommes pas inadaptés, c’est le rythme de la vie qui l’est… Afin de pouvoir vous ajuster et rester en bonne santé physique et mentale, il faut vous protéger…

Pour rester dans l’air du temps, on pourrait comparer cela à notre contexte sanitaire face au Covid : gestes barrières, masques, gants… alors comment éviter le burn out ?

Il faut vous protéger aussi pour votre santé mentale et physique. Mettez en place les gestes de protection :

  • Accordez-vous ou imposez-vous des temps dans la semaine pour souffler et vider un peu votre vase de contraintes,
  • Rechargez vos batteries par le sport, les loisirs, le shopping…
  • Soyez secondé(e) même si vous êtes un parent de famille monoparentale

Vous l’aurez compris, ne restez pas seul(e), soyez entouré(e)…

Je voulais préciser aussi que le burn out n’est pas « réservé » aux professionnels, bien au contraire, une mère au foyer peut être submergée par un emploi du temps de « folie », les parents d’enfants « différents » qui sont soumis à des rendez-vous quasi quotidiens et une prise en charge éprouvante… Les grands parents peuvent également tomber dans cet excès en s’occupant de leurs petits-enfants. Et pour nos plus jeunes, lorsque les études vont de pair avec un petit boulot ou plusieurs, la glissade n’est pas bien loin vers l’overdose…. Bien évidemment, beaucoup d’autres situations sont possibles, à partir du moment où c’est « trop », il faut impérativement pouvoir alléger la quantité…

Pour vous prémunir de « la goutte d’eau qui fait déborder le vase », il vous faut autant que possible avoir des sas de décompression, des défouloirs où vous ne pensez plus à rien… on peut prendre comme contre-exemple les cadres ou salariés qui même à leur domicile continuent à penser « bureau » voire même travaillent jusqu’à tard dans la nuit…

Parfois, nous sommes tellement « la tête dans le guidon » que nous ne nous en rendons même plus compte. Sachez écouter les remarques et alertes de vos proches. Cela peut faire partie de votre stratégie de détection de « zone rouge ». Votre corps est également un très bon baromètre, des douleurs inhabituelles, des migraines, des blocages (« bloqué du dos », torticolis, …).

Nous pouvons être notre meilleur ami comme notre pire ennemi. Prenez soin de vous avant même de prendre soin des autres pour pouvoir être encore mieux présent(e) pour eux…

Vous venez de vous accorder quelques minutes de répit à la lecture de cet article. Continuez sur votre lancée, vous avez ouvert une brèche pour vider un peu le trop plein… Bon courage et vous pouvez le faire !

%d blogueurs aiment cette page :